la belle histoire du chocolat partie 8

téléchargement

Les Anglais innovent : ils remplacent l’eau par du d’oeuf, du vin et parfois du lait. Ils y ajoutent parfois de la fécule pour alléger les graisses. 


En 1674, ils inventent l’ancêtre du chocolat à croquer sous forme de  » chocolat en boudin à l’espagnole « . 
L’Allemagne, ruinée par la guerre de trente ans, reste fermée à la pénétration de produits exotiques dont le chocolat. 

Au cours du 17ème siècle, les hollandais, habiles navigateurs, s’emparent du monopole commercial des espagnols sur le cacao et contrôlent le marché mondial. Rappelons qu’en 1585, au cours de la guerre entre l’Espagne et les Pays-Bas, un navire hollandais ayant pris d’assaut un navire espagnol, jeta sa cargaison de fèves de cacao par dessus bord croyant qu’il s’agissait de  » [excrément de chien] de biques  » ! 
En France, ce n’est que lorsque le commerce du chocolat commence à s’intensifier et qu’il se vend à bon prix, à partir de 1681 que le fisc s’adjuge un monopole sur son négoce. 
En 1693, Louis 14 crée la corporation des limonadiers. La concurrence entre ceux-ci est telle que le roi vient à en limiter le nombre. 

Avec le 18ème siècle, le chocolat sort peu à peu de l’ère artisanale. 
Sa consommation augmente mais la production stagne. Les ouvriers des chocolateries ont un faible rendement puisqu’ils travaillent à genoux pour écraser les fèves, selon le procédé traditionnel hérité des Aztèques. 
Il s’ensuit des contrefaçons car des colporteurs vendent de la pâte d’amende avec des résidus de cacao qu’ils font passer pour du chocolat. 
Savary écrit en 1740 que Paris est la place où se confectionne le plus mauvais chocolat. 
En 1732, Dubuisson invente une table haute et horizontale, chauffée au charbon de bois qui permet à l’ouvrier de travailler debout et d’augmenter son rendement. 
En 1778, Doret invente à Paris une machine hydraulique pour concasser les graines. 
Le chocolat reste dans la France du 18ème siècle l’apanage d’une minorité de nobles et de riches bourgeois. 
 » Boisson substantielle mais qui ne pèse pas sur l’estomac, elle est sirotée dans les cafés et dans les salons, à la cour et dans les cercles privés. Sous forme de graine ou de bonbon, mélangé à des écorces d’oranges et à des fruits confits, le chocolat se doit d’être dans cette petite boîte précieuse, la bonbonnière qui semble indispensable à la vie mondaine : on le croque ,on le goûte, on le suce, on l’offre en jouant aux cartes, en conversant courtoisement, en se promenant en carrosse, en assistant à un spectacle.  » 
Les favorites de Louis 15, la Pompadour et la Du Barry usent du chocolat pour des raisons différentes : la première pour  » s’échauffer le sang  » puisque le roi la juge  » froide comme une macreuse « , la seconde pour en offrir à ses amants et les mettre au diapason de son ardent tempérament puisqu’on la dit insatiable. 
En ces temps de libertinage érigés en art de vivre, les propriétés aphrodisiaques du chocolat sont portées en exergue. L’univers du Marquis de Sade en est rempli. 
En 1770, Marie-Antoinette se marie à Louis XVI et vient d’Autriche avec son chocolatier personnel. Elle préfère le chocolat préparé simplement, avec du sucre et de la vanille. 
Elle crée la fonction de  » chocolatier de la reine  » qui est très convoitée puisqu’on dit que c’est  » un fief bien plus lucratif que maintes baronnies fièrement armoriées et gironnées « . 
Son chocolatier lui invente des nouvelles recettes : chocolat au bulbe d’orchidée pour fortifier, à la fleur d’oranger pour les nerfs, au lait d’amandes douces pour digérer. 
A Paris, les meilleurs chocolatiers sont David Chaillon, les frères Rere et Renaud. 
Peu à peu, la concurrence et les techniques commerciales de vente s’organisent : on voit de la publicité dans les journaux, des affiches. 
En 1776, Roussel appose même son nom sur ses productions chocolatières. 
La diffusion du chocolat dans les pays germaniques est liée au médecin de Frédéric-Guillaume 1er, le hollandais Cornelius Bontekoe qui en vante les propriétés thérapeutiques. 

 bientôt titoque

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s