la belle histoire du chocolat partie 6

Ce n’est cependant qu’après la mort de Louis 13 en 1643

louis13

, que la reine devenue régente impose son goût pour le chocolat. Son amant, le Cardinal de Mazarin emploie lui même un chocolatier personnel recruté en Italie.

3_mazarin
En 1660, est l’année où le cacao est introduit en Martinique, par une autre princesse espagnole, Marie-Thérèse d’Autriche épouse Louis 14. On murmure qu’elle a 2 passions : le roi et… le chocolat.
Le roi pour sa part, le considère comme  » un aliment qui trompe la faim mais ne remplit pas l’estomac  » et tente de communiquer son aversion à la reine… en vain.

A Versailles, le chocolat devient la grande mode : on en sert tous les lundis, mercredis et jeudis dans les salons de la Cour.

image003

Louis XIV permet au sieur David Chaillou d’ouvrir sa première boutique à Paris, où il pourra vendre une composition nommée « chocolat ».

15112491retablo-monjes-chocolate-1024-jpg
Madame de Maintenon, nouvelle épouse du roi impose à son mari que le chocolat soit servi aux somptueuses fêtes de Marly et de Versailles. Le roi accepte un temps puis retire le chocolat, pour des raisons d’économie.
Pourtant, cette passion de la reine s’étend de la cour au cercle des salons aristocratiques. Il devient d’usage d’offrir des chocolatières.
On prête au chocolat de nombreuses vertus
Le chocolat est il un plaisir ou un reconstituant ? Une gourmandise ou un médicament ? Face à la nature non encore définie de ce nouveau produit qui suscite tant d’enthousiasme et de questionnements, les opinions concernant le chocolat fluctuent grandement aux 17ème et 18ème siècles, parfois même selon la mode.
La cour de France s’éprend à son tour de cette boisson : Il y a les « chocolatphiles » (ceux qui aiment) et les « chocolatphobes » (ceux qui détestent).
Les premiers disent qu’il soigne les maladies, les autres le redoutent.
Madame de Sévigné accuse même un jour le chocolat d’avoir rendu tout noir le nouveau né de l’une de ses amies, qui en avait beaucoup mangé lorsqu’elle était enceinte.
La correspondance fournie entre Madame de Sévigné et sa fille témoigne de l’ignorance et la passion qui l’entourent.


 

A bientôt titoque

Modifier cet article.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s