la belle histoire du chocolat partie 2

Cortès débarque chez les Aztèques


Et voilà qu’un jour, en 1519, ils voient sur la mer arriver un grand bateau qui vient de l’est. Des hommes en descendent conduits par un chef. Ce chef a la peau blanche, il est barbu, les aztèques n’ont jamais vu ça et le prennent pour un dieu, cet homme en fait s’appellent Cortès, il est espagnol.


Il vient conquérir le nouveau monde (il venait de débarquer au Mexique) aussi est-il très surpris de l’accueil somptueux qu’on lui fait.
A la fin du banquet les indigènes lui offrent leur boisson. Il lui apporte une coupe d’or contenant un breuvage divin. Cortès goûte et a du mal à réprimer une grimace, c’est si étrange, si amer, mais pour être poli il boit tout.
Le chocolat à la mode aztèque est une espèce de bouillie épaisse faite de fèves de cacao avec du piment, du gingembre, du miel, le tout bouilli et battu avec un fouet pour faire mousser, puis versé sur du maïs cuit.
Les espagnols s’habituent peu à peu à cette boisson au goût sauvage mais remplacent le piment par de la vanille, et ajoutent de l’ambre gris, du musc et du sucre.

Musc
Le musc fait partie des rares matières naturelles animales entrant dans la composition des parfums. Il est produit par la civette (ou chevrotin) mâle, également appelé porte-musc.

a bientôt titoque  

Publicités

Une réflexion sur “la belle histoire du chocolat partie 2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s